Maladies héréditaires du Whippet : un Whippet au pelage gris reposant sur une couette froissée, l'expression attentive et les yeux brillants de curiosité. Cette image paisible contraste avec le défi des maladies héréditaires du Whippet, rappelant l'importance d'une vigilance et d'un soin constants pour préserver la santé de ces élégants compagnons.
Santé & soins

Maladies héréditaires du Whippet : Comment les éviter ? 🧬

Parlons, aujourd’hui, des maladies héréditaires du Whippet. Car, si vous êtes ici, c’est que, comme moi, vous partagez une passion indéfectible pour ces compagnons au long museau. Et au-delà des courses joyeuses et des regards pleins d’affection, un sujet plus sérieux nous rassemble aujourd’hui : la santé de nos amis les Whippets. Et plus précisément, les maladies héréditaires qui peuvent les toucher 🐾

Nous le savons, nos Whippets ne sont pas seulement des animaux de compagnie. En effet, ils sont des membres à part entière de notre famille. Ils sont aussi les compagnons de nos joies comme de nos peines. Ainsi, la perspective de les voir souffrir nous est insupportable. C’est pourquoi cet article se veut une source de conseils préventifs et de stratégies bienveillantes pour naviguer ensemble dans les eaux, parfois troubles, de la génétique canine.

J’aborderais ces conditions avec l’attention qu’elles méritent. Mon but ? Vous armer de connaissances. Vous guider vers les pratiques préventives. Et, si nécessaire, vous soutenir dans le parcours de soins. 💖









Nos Whippets sont bien plus que de simples animaux de compagnie. Ils sont nos fidèles compagnons, partageant nos joies et nos peines. Cependant, comme tout être vivant, ils sont susceptibles de faire face à des défis de santé. C’est le cas, notamment, avec les affections génétiques qui nécessitent toute notre attention et nos soins. Voyons ensemble les principales maladies héréditaires du Whippet à connaître pour veiller au bien-être de nos amis :

  • L’alopécie des robes diluées (ARD) : Elle est également connue sous le nom d' »Alopécie des mutants de couleurs ». Elle représente la condition dermatologique la plus couramment observée chez les chiens. Cette affection se manifeste par une perte de poils, avec une absence de repousse, principalement chez les chiens présentant des robes de couleur diluée, comme le bleu, bien qu’elle puisse également affecter les chiens aux teintes beiges, fauves et même noires. Pimprenelle doit d’ailleurs en souffrir un peu (voir ses photos jointes).
  • L’alopécie en patron : Cette forme d’alopécie se reconnait, chez le Whippet, par son atteinte de la face postérieure des cuisses. Elle peut cependant, s’étendre à la face ventrale du cou, le poitrail, les épaules, le thorax ventral, voire la queue. La peau est ainsi exposée et parfois même irritée.



Maladies héréditaires du Whippet : Allongée sur une couverture douillette, Pimprenelle, ma Whippet noire et blanche semble se reposer paisiblement, son regard vif capturant l'attention de l'observateur. Son poitrail montre une quasi absence de poils et nous rappelle de rester vigilant face aux maladies héréditaires du Whippet, et de chérir chaque moment de calme et de confort partagé avec nos fidèles compagnons.








Aujourd’hui, il n’y a aucune méthode disponible pour identifier à l’avance les chiens susceptibles de développer ou de transmettre cette maladie, car elle ne peut être détectée qu’après son apparition. Pour limiter la propagation de la maladie au sein de la race, il est conseillé de ne pas faire reproduire les chiens affectés, ceux ayant déjà produit des descendants malades, leurs frères et sœurs, ainsi que les descendants de parents atteints, en attendant la disponibilité d’un test génétique.

Bien que génétiques, l’entretien d’un pelage sain via une alimentation équilibrée et des soins cutanés réguliers peut atténuer les symptômes. Une repousse naturelle des poils peut parfois survenir, même après plusieurs années. Et il est aussi possible d’assister à une repousse partielle ou totale du pelage grâce à un traitement à base de mélatonine. Parfois cependant, l’alopécie est, malheureusement, irréversible.

Maladies héréditaires du Whippet : le poitrail quasi dénudé de Pimprenelle, ma Whippet.












  • La dermatite solaire du chien est une maladie de la peau causée par l’exposition au soleil, aussi appelée photodermatose. Cette affection de la peau peut causer des irritations ou des lésions cutanées, principalement chez les Whippets à peau claire. Elle touche surtout les parties de la peau qui ont peu ou pas de poils (glabres) et peu de couleur (hypopigmentées). Cette dermatose les rend ainsi vulnérables aux coups de soleil et potentiellement au cancer de la peau.
  • La dysplasie ectodermique liée à l’X, d’autre part, est une maladie génétique qui affecte plusieurs aspects du développement ectodermique (couche externe de l’embryon), y compris la peau, les dents, les cheveux (ou le pelage, dans le cas des chiens), et parfois les glandes sudoripares. La gestion de cette condition peut nécessiter des soins spécifiques de la peau pour éviter la sécheresse, les irritations et les infections.

Des traitements topiques et des ajustements de l’environnement de vie du Whippet seront nécessaires pour minimiser l’exposition solaire directe. La prévention, dans le 1er cas, peut inclure des mesures telles que l’utilisation de vêtements protecteurs ou de crèmes solaires spécifiques pour chiens.  La gestion de la 2ème condition nécessite des soins spécifiques de la peau pour éviter la sécheresse, les irritations et les infections.

L’Anomalie de l’œil du Colley touche les yeux et peut varier en gravité, affectant potentiellement la vue du Whippet. Bien que les deux yeux soient touchés, l’intensité du trouble peut différer d’un œil à l’autre, permettant ainsi une certaine compensation visuelle. Ces troubles oculaires peuvent aller de légers changements dans l’aspect des yeux à des pertes de vision significatives.

L’Hypotrichose congénitale, quant à elle, concerne le pelage et se manifeste par une absence partielle ou totale de poils, pouvant affecter la protection naturelle de la peau et le confort de l’animal. Cette maladie de la peau se manifeste par une perte de poils dès la naissance ou durant les premiers mois de vie. Cette absence de poils n’est pas associée à la couleur du pelage.

Consultations régulières chez le vétérinaire pour un dépistage précoce et une prise en charge adaptée à chaque cas. Examens ophtalmologiques réguliers, traitements spécifiques et ajustement du mode de vie dans le 1er cas. Soins de la peau réguliers, utilisation de vêtements protecteurs et une bonne alimentation dans le 2ème.

Le déficit en phosphofructokinase (PFK) est une maladie qui touche les jeunes Whippets. Elle est due à un problème avec une version spécifique de la phosphofructokinase, une enzyme clé pour la production d’énergie dans les muscles et les globules rouges, nommée M-PFK. Il existe trois versions de cette enzyme, chacune travaillant dans différentes parties du corps : M-PFK dans les muscles, L-PFK dans le foie, et P-PFK dans les plaquettes sanguines. Chez les Whippets atteints, c’est principalement la version musculaire qui ne fonctionne pas bien. Cela conduit à une baisse de la production d’énergie dans les muscles et à une réduction de la durée de vie des globules rouges, causant de l’anémie. Affectant l’énergie musculaire, ces maladies peuvent impacter la vitalité et l’activité physique de votre Whippet.

La Glycogénose de type VII, également connue sous le nom de maladie de Tarui-Layzer, est une maladie héréditaire du métabolisme qui empêche la dégradation correcte du glycogène en glucose, entraînant une accumulation de glycogène dans certaines cellules et une faible disponibilité de glucose pour la production d’énergie, surtout pendant l’exercice. Elle se manifeste chez le jeune Whippet (dans sa 1ère année) par crises. On note alors de l’intolérance à l’exercice, de la faiblesse musculaire, et parfois des épisodes de myoglobinurie (présence de myoglobine dans l’urine), ce qui peut être nocif pour les reins. Ils peuvent aussi avoir une forte fièvre (+ de 41°). En cas de crise grave, le pronostique vital peut être engagé.

Une alimentation spécialement formulée, un mode de vie adapté et un suivi vétérinaire régulier peuvent contribuer à gérer ces conditions. Il n’existe pas de traitement ni pour le déficit en phosphofructokinase, ni pour la Glycogénose de type VII. Cependant, pour le 2ème cas, des mesures préventives permettent d’éviter toute crise.

L’hémangiosarcome, aussi appelé angiosarcome, est un type de cancer particulièrement agressif qui se développe à partir des cellules des vaisseaux sanguins. Cela signifie qu’il peut survenir dans n’importe quelle partie du corps où se trouvent ces vaisseaux, mais il est le plus souvent observé dans la rate, le cœur, et la peau chez les Whippets. En raison de sa nature agressive et de sa tendance à se propager rapidement, il est crucial de rester attentif à tout signe précoce pouvant indiquer sa présence. Tout changement comportemental (léthargie, perte d’intérêt pour les activités habituelles ou retrait), physique (masses ou gonflements, en particulier sur ou sous la peau, difficultés respiratoires, pâleur des gencives, épisodes de faiblesse ou collapsus soudain) ou autre (diminution de l’appétit, perte de poids, augmentation de la fréquence des mictions ou présence de sang dans l’urine) doit être surveillé.

En collaboration avec votre vétérinaire, le traitement de l’hémangiosarcome dépend de plusieurs facteurs, notamment l’emplacement et le stade du cancer. Les options peuvent inclure :

  • Chirurgie : L’ablation chirurgicale de la tumeur ou de l’organe affecté.
  • Chimiothérapie : Utilisée à un stade plus avancé ou pour réduire le risque de récidive après la chirurgie. Elle peut aider à prolonger la qualité de vie, bien que l’hémangiosarcome soit souvent résistant à cette approche.
  • Soins de soutien : Des interventions visant à améliorer la qualité de vie, telles que des médicaments pour gérer la douleur et l’inconfort, sont également être proposées.

La maladie valvulaire dégénérative mitrale (MVDM) est une affection cardiaque relativement courante chez les Whippets et, en particulier, chez les plus âgés (dès 5 ans). Elle implique une détérioration progressive de la valve mitrale du cœur, qui sépare l’oreillette gauche du ventricule gauche. Celle-ci empêche la valve de fonctionner correctement. Cela entraîne alors un retour du sang vers l’oreillette gauche plutôt que sa progression normale vers le ventricule gauche et le reste du corps. Cela peut conduire à une congestion cardiaque et à d’autres complications sérieuses. Une écoute attentive aux signes de fatigue inhabituelle, de toux, d’augmentation du rythme cardiaque ou de difficultés respiratoires (œdème pulmonaire = poumons remplis de liquide) peut indiquer des problèmes cardiaques.

Attention, malgré tout, à respecter les normes de référence propres à leur race pour éviter de mal interpréter ces signes. Des examens réguliers permettent un diagnostic précoce et la mise en place d’un traitement adapté. Cependant, là encore, aucun médicament reconnu n’est capable de véritablement ralentir le processus de dégénérescence valvaire. Il n’existe actuellement aucun test génétique permettant d’écarter les Whippets porteurs de ces mauvais gènes.

La surdité neurosensorielle congénitale cochléosacculaire est un type de perte auditive présente dès la naissance ou se développant peu après, affectant principalement l’oreille interne ou les nerfs auditifs des chiots. Cette condition peut rendre l’apprentissage et la communication traditionnels plus difficiles, nécessitant des approches adaptées pour l’éducation et le bien-être du chiot. Ainsi, la reconnaissance des signes de surdité chez les chiots (manque de réaction aux bruits, sommeil particulièrement profond, comportements indiquant une plus grande dépendance à la vue et au toucher qu’à l’ouïe) est essentielle pour adapter leur éducation et leur environnement.

Pour les chiots sourds, l’adaptation de leur environnement et de leurs méthodes d’apprentissage est essentielle pour garantir leur sécurité. Aussi, il faudra veiller à utiliser des techniques de communication visuelle et sécuriser leur espace de vie pour prévenir les accidents. Il faudra également encourager les interactions avec d’autres chiens et personnes en utilisant des méthodes d’entraînement basées sur l’éducation positive et le toucher, pour aider le chiot à développer la confiance et à comprendre son environnement.

Un Whippet blanc, allongé sur une couette, porte un regard mélancolique vers le côté.








L’arrivée d’un Whippet dans votre vie est un moment de joie pure, mais aussi de responsabilité. Pour s’assurer que votre futur compagnon vive une vie longue, heureuse et en bonne santé, quelques étapes clés doivent être suivies dès le début. Voici comment garantir que vous accueillez un Whippet en pleine forme dans votre famille.

Avant de tomber sous le charme des yeux doux d’un chiot Whippet, prenez un moment pour vous intéresser à son histoire génétique. Ainsi, avant d’adopter un Whippet, les conseils suivants seront vos meilleurs alliés pour prévenir les maladies héréditaires du Whippet :

  • Recherchez des éleveurs qui pratiquent éventuellement ces tests sur les parents pour des maladies communes à la race. D’ailleurs, depuis le 4 septembre 2023, chaque reproducteur doit être identifié génétiquement dans la base de données de la Centrale Canine.
  • Demandez à voir les certificats de santé des deux parents, qui doivent être à jour et complets.

Ces documents vous offrent une fenêtre sur les risques potentiels de santé de votre futur Whippet et constituent une première étape essentielle pour choisir un compagnon en bonne santé.

La transparence et la communication sont essentielles lorsqu’il s’agit de sélectionner un éleveur de Whippets. Voici quelques questions cruciales à poser :

  • Pratiquez-vous des tests génétiques ont été effectués sur les parents et, si oui, quels en ont été les résultats ?
  • Pouvez-vous me fournir des références de personnes ayant adopté chez vous ?
  • Comment socialisez-vous les chiots avant leur adoption ?

Attention, les tests ne sont absolument pas obligatoires. Un petit nombre d’éleveurs les pratiquent malgré tout. Sachez aussi qu’un éleveur responsable et digne de confiance sera heureux de répondre à vos questions. Il partagera avec vous son expérience et ses connaissances sur la race.

L’adoption est une autre voie magnifique pour accueillir un Whippet dans votre vie. Adopter de manière consciente signifie comprendre et accepter les responsabilités qui accompagnent l’accueil d’un chien, peut-être même un peu plus âgé, qui a besoin d’une seconde chance :

  • Renseignez-vous sur le passé et la santé de l’animal auprès du refuge ou de l’association.
  • Soyez prêt à offrir patience et amour, surtout si votre nouveau compagnon a besoin de temps pour s’adapter à sa nouvelle vie.

Adopter un Whippet peut être incroyablement gratifiant. Vous ne sauvez pas seulement une vie. En effet, vous gagnez un ami fidèle qui vous sera éternellement reconnaissant.









Offrir à votre Whippet un mode de vie sain est la pierre angulaire pour prévenir les maladies héréditaires du Whippet et lui assurer une vie longue et épanouie. Combiner une nutrition équilibrée, une activité physique régulière et un suivi vétérinaire attentif crée un environnement propice à la santé et au bien-être de votre compagnon. Voyons comment ces éléments s’imbriquent harmonieusement.

La première étape vers une prévention efficace commence dans la gamelle de votre Whippet. Une alimentation équilibrée, riche en nutriments essentiels, soutient le système immunitaire et contribue à la prévention des maladies :

  • Optez pour des aliments de haute qualité, spécifiquement formulés pour répondre aux besoins nutritionnels des Whippets.
  • Consultez votre vétérinaire pour élaborer un plan alimentaire personnalisé, surtout si votre Whippet a des besoins diététiques spécifiques.

Les Whippets sont connus pour leur énergie et leur amour de la course. L’exercice régulier non seulement garde votre chien en forme, mais contribue également à un bien-être mental :

  • Incorporez une variété d’activités physiques, des promenades quotidiennes aux jeux interactifs, pour garder votre Whippet stimulé et actif.
  • Respectez les limites de votre chien, surtout si vous remarquez des signes de fatigue ou d’inconfort.

La prévention passe également par une surveillance médicale régulière. Les visites chez le vétérinaire permettent de détecter de manière précoce toute anomalie ou maladie héréditaire, augmentant ainsi les chances de traitement réussi :

  • Programmez des examens de santé annuels pour évaluer l’état général de votre Whippet et procéder à des dépistages nécessaires.
  • Soyez attentif aux recommandations de votre vétérinaire, notamment en matière de vaccinations et de traitements préventifs contre les parasites.

Adopter un mode de vie sain pour votre Whippet est un engagement qui demande du temps, de l’amour et de la persévérance. Cependant, les récompenses de voir votre compagnon s’épanouir, libre de maladies héréditaires du Whippet, valent bien cet investissement.

Un élégant Whippet noir est confortablement allongé, baigné dans un rayon de lumière. Ses yeux vifs et son port attentif reflètent l'intelligence et la sensibilité de la race.








Découvrir que votre Whippet est atteint d’une maladie héréditaire peut être un moment difficile à vivre. Cependant, avec les ajustements appropriés et un soutien adéquat, il est tout à fait possible de lui offrir une qualité de vie élevée. Voici comment vous pouvez accompagner votre compagnon à travers cette épreuve :

Créer un environnement sûr et confortable est crucial pour un Whippet confronté à des défis de santé. Cela inclut tout, de l’aménagement de votre maison à la routine quotidienne :

  • Rendez votre espace de vie accessible en ajustant l’accès aux meubles et en minimisant les obstacles pouvant causer des difficultés.
  • Adaptez les routines d’exercice en fonction de ses capacités, en privilégiant des activités moins intenses mais tout aussi enrichissantes.

Grâce aux avancées de la médecine vétérinaire, de nombreuses options de traitement peuvent aider votre Whippet à mener une vie confortable, malgré sa condition :

  • Explorez les traitements disponibles avec votre vétérinaire, qu’il s’agisse de médicaments, de thérapies spécifiques ou de changements diététiques.
  • Considérez le soutien émotionnel comme une partie intégrante de son bien-être, en lui offrant présence, affection et sécurité.

Vous n’êtes pas seul. De nombreux propriétaires de Whippets traversent ou ont traversé des situations similaires. Leurs expériences sur les maladies héréditaires du Whippet peuvent être une source précieuse d’inspiration et de conseils :

  • Recherchez des groupes de soutien en ligne (groupes Facebook) ou dans des communautés locales de propriétaires (associations) de Whippets confrontés à des défis similaires.
  • Partagez vos propres expériences et découvrez comment d’autres ont adapté leur vie pour le bien-être de leur compagnon.

La découverte d’une maladie héréditaire chez votre Whippet marque le début d’un parcours différent. Mais il est tout aussi riche en amour et en moments partagés. Chaque ajustement que vous effectuez, chaque traitement que vous explorez, et chaque instant de soutien que vous offrez renforce le lien unique qui vous unit à votre compagnon.









J’espère que je ne vous ai pas fait trop peur. Je vous encourage à prendre ces informations non comme une source d’inquiétude mais comme un outil de renforcement de vos connaissances. Ainsi, face aux maladies héréditaires du Whippet, notre rôle est clair : être éduqué, prévenir et agir. Chaque mesure préventive, chaque choix informé, est une étape de plus vers la santé de nos compagnons. Alors, adoptez une approche proactive : soyez vigilants aux signes, consultez régulièrement votre vétérinaire et partagez vos expériences. Votre engagement fait toute la différence.





Quelques informations supplémentaires :

Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager!

Vous pourriez également aimer...

8 commentaires

  1. Est-ce que ce sont des maladies propres aux whippets ou est-ce que les autres chiens peuvent avoir ce genre de maladies ?

    1. Celles-ci sont propres aux Whippets mais certaines d’entre elles, et d’autres, touchent aussi d’autres races Jackie. Merci pour cette question intéressante.

  2. Caroline & Mathieu a dit :

    Super article, Laura ! Ton guide est non seulement complet, mais il offre aussi des conseils pratiques pour aider les propriétaires à naviguer dans ces eaux parfois troubles de la génétique canine. La prévention, l’importance des tests génétiques, et les astuces pour choisir un Whippet en bonne santé sont des informations cruciales pour tout propriétaire actuel ou futur de cette race. Merci de contribuer à la santé et au bien-être de nos amis à quatre pattes ; )

    1. Merci à tous les deux ☺️

  3. Pascale Bieri a dit :

    Merci pour cet article. C’est important d’informer les futurs propriétaires à ce sujet. Les éleveurs sérieux dépistent les maladies héréditaires connues dans une race avant de reproduire, et écartent évidemment les sujets porteurs de tares. Malheureusement, ce n’est pas le cas de tous les éleveurs. Donc, comme tu dis, il faut absolument se renseigner quand on s’intéresse à adopter un chiot de race.

    1. Merci Pascale. Les tests ne sont absolument pas obligatoires en France à ce jour mais certains éleveurs s’y mettent et c’est une belle avancée en effet.

  4. Article très complet et essentiel lorsque l’on souhaite adopter ces adorables chiens. Merci pour tous ces renseignements concernant leurs maladies héréditaires qui vont intéresser tous les amoureux des Whippets 😊

    1. Merci Emma ☺️

Laisser un commentaire